Voilà, il m’aura fallu sortir de ma torpeur bloguesque pour que le destin décide deux jours après, qu’il était temps pour mon papa de partir…

Je vais pas faire un article où ça chiale. Là maintenant, j’en ai pas envie, je pleure déjà bien assez comme ça. On pourra parler de mon papa une autre fois, je vous dirais combien il était génial, beau et tout ça… (et puis je vais m’arrêter là, je commence déjà à sentir la boule dans la gorge)

 

Par contre, j’ai toujours aimé les coïncidences (qui n’en sont pas), les hasards (qui n’existent pas)…
Dans la nuit du 25 au 26 mars, je ne dormais pas, comme toutes les autres nuits d’avant, et le but pour moi dans ces cas-là, c’est de m’occuper l’esprit pour pas penser aux images de la journée….
Et sans trop savoir pourquoi, je me suis mise au mixage d’une chanson que m’avait demandé Caro (oui encore elle !) et que j’avais enregistré plus d’un an avant.
Faut savoir que j’en étais tellement contente, que je l’avais laissé de côté depuis tout ce temps sans jamais y retoucher.
J’y ai passé la nuit, j’ai compressé, égalisé, mis de la reverb, comme j’ai pu en tirant la langue pour me concentrer, le tout en pensant à Caro qui serait ravie d’enfin entendre sa demande et résultat, j’ai pas (trop) pensé et c’était cool…
A 3h25, j’ai même regardé l’heure, j’avais tout fini, la chanson était fignolée, j’étais à peu près contente du resultat et elle était même chargée chez mon herbergeur.

Et je suis allée me coucher, sans m’endormir, en pensant à papa evidemment et à 4h30, le téléphone sonnait….

Je n’ai su que quelques jours plus tard que le décès avait été prononcé à 3h25.

 

 

Sur le coup, j’étais contente de la chanson et puis avec le recul, je comprends pourquoi je l’avais mis de côté tellement elle est pleine de défauts. (et pis j’aime toujours ma voix dans les aigus, on aura compris d’ailleurs ça s’entend, je me retiens comme une ouf)
La preuve que même grosse, n’est pas Beth Ditto qui veut :)

(pour les nouveaux, vous pouvez m’écouter avec une autre reprise de Gossip en cliquant LA)

 

psss edith : je l’ai pas redit mais en me lisant sur un téléphone c’est mort, tu verras pas le lecteur audio.